DCM 360

27$ CAD

Livraison incluse
01 Générique - Delerue / Lafond
00:00 / 00:00
02 Extase - Delerue / Lafond
00:00 / 00:00
05 Jeux de tritons - Delerue / Lafond
00:00 / 00:00
08 Bestiaire d'amour - Delerue / Lafond
00:00 / 00:00
10 Danse nuptiale des papillons - Delerue / Lafond
00:00 / 00:00
12 Fier comme un paon - Delerue / Lafond
00:00 / 00:00
16 Le marivaudage des poulpes - Delerue / Lafond
00:00 / 00:00
17 Poissons d'Indochine - Delerue / Lafond
00:00 / 00:00
19 Mona Suite I - Générique - Delerue / Lafond
00:00 / 00:00
20 Mona Suite II - La valse de l'étoile - Delerue / Lafond
00:00 / 00:00

Visionner sur Internet

LE BESTIAIRE D'AMOUR

en langue française

Visionner sur YouTube

MONA L'ÉTOILE SANS NOM

en langue roumaine

avec sous-titres français

LE BESTIAIRE D'AMOUR / MONA L'ÉTOILE SANS NOM

Musique de Georges Delerue

Interprétation de Robert Lafond


ÉDITION LIMITÉE À 500
Parution : 15 septembre 2017 

01    Générique  1:22
02    Extase  1:44
03    La société des termites  2:00
04    Les hermaphrodites  1:01
05    Jeux de tritons  1:29
06    La naissance du désir  1:30
07    Le règne des insectes  1:31
08    Bestiaire d'amour  1:52
09    Les araignées de Camargue  1:05
10    Danse nuptiale des papillons  2:52
11    La parade des hippocampes  1:23
12    Fier comme un paon  1:45
13    La cour des oiseaux  2:11
14    L'amour forcé du crabe  1:45
15    Étreintes de grenouilles  1:41
16    Le marivaudage des poulpes  1:39
17    Poissons d'Indochine  2:09
18    Bestiaire d'amour II   1:15

19    Mona, l’étoile sans nom – Suite I  4:57

20    Mona, l’étoile sans nom – Suite II  4:40

 

DT 40:14

Le Bestiaire d’amour (1965) appartient à cette catégorie de bandes originales « anciennes » de Georges Delerue qui, en dépit de leur grand intérêt, sont demeurées complètement inédites sur disque, vraisemblablement parce qu’on ne disposait pas ou plus d’un enregistrement de qualité suffisante. Le son décevant de la réédition en DVD de ce documentaire de Gérald Calderon en 2005 semble accréditer cette hypothèse. Un nouvel enregistrement s’imposait.

 

Robert Lafond a déjà fait ses preuves avec cinq albums de musiques de Delerue et un de Maurice Jarre produits chez Disques Cinémusique. Son expertise et les techniques d’échantillonage numérique évoluant sans cesse, il a reconstitué avec un réalisme confondant ce nouvel album, interprété à l’origine par une trentaine de musiciens.

 

La bande originale du Bestiaire comporte environ 45 minutes de musique constituée de courts segments, le plus souvent accompagnés de narration. Les trente minutes retenues pour notre CD devraient ravir les amateurs du Compositeur qui préfèrent sa production française des années 1960 et 1970. Les lignes mélodiques et les orchestrations originales ont été fidèlement respectées, à quelques petites exceptions près dans le second cas. Ainsi, avons-nous ajouté dans la pièce Fier comme in paon un accompagnement au clavecin afin d’accentuer son caractère baroque.

 

Le Bestiaire d’amour rappelle par moments des partitions-phares comme Jules et Jim et Cartouche, et il offre un avant-goût d’autres chefs-d’oeuvre tel Le Roi de coeur, produit l’année suivante. En plus de la veine mélodique habituelle de Georges Delerue, nous y trouvons une facette moins connue de son génie : le goût de l’expérimentation. Certains passages proposent des combinaisons sonores étonnantes, à la limite de l’abstraction, voire du fantastique.

 

De l’amour des bêtes nous passons à celui des humains avec Mona, l’étoile sans nom (1966) de Henri Colpi. Ce monteur émérite devenu réalisateur a fait appel à Delerue pour deux des six séries télévisées qu’il a réalisées (Thibault et Fortune), ainsi que trois de ses quatre longs métrages de fiction: Une aussi longue absence (1961), Mona, l’étoile sans nom (1966) et Heureux qui comme Ulysse (1970). Mona, co-produit avec la Roumanie, a été bien accueilli par la critique, comme les autres films du réalisateur, mais sa faible audience en salles en France explique sans doute l’absence de réédition en DVD.

 

Bien que la musique de Delerue ait été préservée sur un maxi 45 tours à l’époque, seul le bref Générique début a été réédité en numérique, sur plusieurs compilations consacrées au Compositeur. Nous avons reconstitué le contenu intégral de ce 45 tours d’une dizaine de minutes qui représente en fait la quasi totalité de la bande originale. Privilégier la qualité au lieu de la quantité, tel était un des principes chers à Henri Colpi.

 

Mona décrit la rencontre d’un jeune professeur et astronome amateur (Claude Rich) et d’une ravissante mondaine (Marina Vlady), descendue du train au hasard dans une petite ville roumaine à la suite d’une dispute avec son amant. Le jeune homme fait sa connaissance à la gare, offre de l’héberger pour la nuit, à la faveur de laquelle il la séduit grâce à son passion pour les astres et sa douceur.

 

La partition poétique de Mona l’étoile sans nom sert à merveille cette histoire d’amour improbable entre deux êtres très différents qui, à la faveur d’un concours de circonstances exceptionnelles, se découvrent une attirance mutuelle.

 

CD sous boitier transparent, livret de 8 pages en couleur avec texte de présentation du producteur Clément Fontaine. 

© 2002-2019 Disques Cinémusique